Programme du mercredi 10 au samedi 27 octobre 2018

Mercredi 10

RDV à 05h20 à l'aéroport Paris ORLY terminal OUEST.

Décollage à 07h20 de Paris ORLY pour Madrid.

Arrivée à Madrid à 09h25.

Décollage à 17h25 de Madrid pour Bogota.

Arrivée à Bogota à 20h32.

Décollage à 22h09 de Bogota pour LA PAZ.

  

 

Jeudi 11

Arrivée à 02h50 à LA PAZ.

 

 Journée de récupération du voyage et d'adaptation à l'altitude.

 

Vendredi 12

Journée de découverte LA PAZ avec le professeur Edwin Torrico.

Matin: départ du lycée avec panier repas.

Estadio Hernando Siles: construit en 1937 puis rénové en 1977, le stade Hernando Siles-du nom d'un ancien président Bolivien-est situé à plus de 3600 mètres au-dessus du niveau de la mer. Cette caractéristique a fait naître une vive polémique en 2007 lorsque la FIFA jugeait qu'il était nocif pour les footballeurs de jouer au-dessus de 2500 mètres. Oui, tout le monde le sait: plus on monte, plus la quantité d'oxygène présent dans l'air commence à diminuer, ce qui fatigue plus vite les joueurs et peut très légèrement modifier la trajectoire du ballon. Pour les mêmes raisons d'ailleurs, nombre de records du monde ont justement été établis en altitude car, dès qu'il s'habitue, l'organisme produit plus de globules rouges.

Mirador Killi Killi: ce point de vue a acquis sa réputation car il était occupé par les révolutionnaires de 1952. D'ici, ils pouvaient surveiller la capitale.

Plaza Murillo:  autour de cette grande place envahie par les pigeons se dressent le palacio de Gobierno (palais présidentiel), le palacio legislativo (Congrès) et la catedral

Museo nacional de Etnografía y Folklore: bâti vers 1730, le palais des marquis de Villaverde abrite un très intéressant musée témoignant de la richesse des traditions boliviennes, pour la plupart toujours bien vivantes. 

Calle Jaén: c'est l'une des dernières rues de la ville à avoir gardé un visage colonial aussi marqué. C'est également l'une des rues où l'on peut s'attarder dans les musées. Ils sont au nombre de cinq: le Museo de Instrumentos Musicales (instruments de musique), le Museo de Metales Preciosos (argent, or et cuivre), le Museo del Litoral (concernant la guerre contre le Chili au XIXe siècle), la Casa de Murillo (l'un des chefs de la Révolution au XIXe siècle) et le Museo Costumbrista Juan-de-Vargas (art, photographies).

Calle de las brujas: au carrefour de Linares et Santa Cruz, débute le célèbre Mercado de las Brujas, "le marché des sorcières". Ces bonnes femmes y vendent herbes médicinales, amulettes, grenouilles séchées (un gage de fortune à venir), feuilles de coca, tisanes et foetus de lamas desséchés. Ensevelis sous les fondations de chaque construction nouvelle, ils en assureront la protection. Imaginez la taille du troupeau sacrifié à l'essor de La Paz! 

Retour au lycée en fin d'après-midi.   

 

 

Samedi 13 et dimanche 14

Week-end dans les familles.

 

  

Lundi 15, mardi 16, mercredi 17, jeudi 18 et vendredi 19:

Salar de Uyuni, Potosí, Sucre.

 

Lundi 15:

Journée essentiellement consacrée au transport. 

Départ du lycée à 07h00 pour Uyuni, ville de western, revue en version polaire, balayée par un vent glacial. Ses habitants, en majorité indigènes, mènent ici une vie rude. Ils se distraient les jeudi et dimanche, jours de grands marchés. Travailleurs du sel, mineurs et paysans de la région viennent alors rêver devant les marchandises arrivant du Chili.   

En chemin: arrêt à Oruro puis déjeuner à Challapata.

Installation, dîner et nuit à Uyuni dans une auberge de jeunesse. 

Mardi 16

Après le petit-déjeuner, départ en 4x4. Visite du cementerio de trenes: sur fond de paysage désertique, des carcasses rouillées de locomotives à vapeur, qui transportaient le minerai vers le Chili et le Brésil dans les années 1930 et 1940. Une vision apocalytique, façon Mad Max

Visite du petit village de Colchani: point d'entrée au Salar de Uyuni. Ici, la grande majorité des habitants vivent de l'exploitation du sel, et l'extraient par blocs (pour les animaux) ou en grain (pour la consommation humaine), à coup de pics et de pioches. Une partie est vendue, l'autre troquée contre des vivres. Un musée a pris vie il y a peu; il comporte des explications pédagogiques quant au commerce du sel et aux caravanes de lamas, ces pratiques commerciales appartenant au passé. Un hôtel entier, fait entièrement de sel, a été construit: le Palacio de Sal est encore un fait irréel de la région.

"Isla del Pescado": tel un vaisseau fantôme sur cet océan irréel, hérissé lui de cactus géants (10 à 12 m de haut). Ascension de la colline, promenade. Déjeuner sur l'île.

Séance photos et jeux au milieu du Salar.

Au sud-ouest de la Bolivie, à 4 000 mètres d'altitude, le Salar d'Uyuni et la région du Sud-Lípez offrent parmi les plus beaux paysages d'Amérique du Sud. Le Salar d'Uyuni est le plus grand désert de sel du monde, avec une superficie de 12 500 km2, soit l'équivalent de l’Île-de-France. Une immensité blanche, qu'on dirait de marbre, mais qui n'est que de sel. Plate jusqu'à la ligne d'horizon, sous un ciel bleu. Perfection minimaliste des lignes, pureté des couleurs, lumière intense: pas étonnant que l'endroit ait inspiré des réalisateurs de vidéo-clips. Le sel craque comme la banquise, il a la dureté de la glace. Parfois, l'érosion a dessiné des formes géométriques sur l'infini blanc. Un paysage hallucinant. Au loin, on aperçoit la courbe des volcans et des montagnes. Ça et là, surgissent quelques îlots volcaniques, hérissés de cactus millénaires de 10 m de haut, comme la Isla Inca Huasi ou la Isla del Pescado. Des oasis sans eau. Au sud, le village de San Juan del Rosario, avec son église et ses lamas, marque la fin du désert de sel. Le salar d'Uyuni, totalement enclavé, est une terre hostile. Pourtant, des hommes y travaillent dans le froid et la lumière aveuglante du soleil, que réverbère la blancheur du sel: ces forçats creusent la croûte saline pour en extraire des monticules non iodés. Pour combien de temps encore? Le Salar abriterait plus de 50% des réserves mondiales de lithium, un précieux métal alcalin. Le site est protégé, mais le gouvernement bolivien souhaite exploiter le gisement de lithium. La mine de sel pourrait se transformer en mine d'or, avec des conséquences irréversibles pour l'environnement.

14h30: départ pour Potosí.

18h00:  installation, dîner et nuit à l'hôtel à Potosí

Mercredi 17:

Après le petit-déjeuner, visite de la Casa de la Moneda: édifiée au XVIII, la Casa de la Moneda est le plus grand et le plus important bâtiment civil colonial des Amériques! C'est ici que l'on frappa monnaie jusqu'en 1869, sur d'antiques matrices mues par des esclaves d'abord, par des chevaux ensuite. 

Balade guidée dans le centre historique de la ville impériale. 

Inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco, la cité coloniale de Potosí est établie à 4090 m d'altitude, ce qui en fait la ville de plus de 100 000 habitants la plus haute du monde. Dominée par la masse laborieuse de la mine du cerro Rico ("colline riche"), elle s'étend sur une colline que chevauchent des ruelles pavées, bordées de maisons basses à encorbellement, aux façades colorées, et révèle, au hasard des coins de rue, de superbes points de vue. La mine de Potosí est encore en activité aujourd'hui et ne tarit pas de ressources, car si les filons d'argent se font plus rares, l'étain, le fer et le bronze abondent. Près de 6000 hommes triment encore dans les entrailles de cette mine gargantuesque qui reste une des -rares- sources de revenus pour les gens de la région.  

Déjeuner puis départ à 14h30 pour Sucre.

18h00: installation, dîner et nuit à Sucre à l'hôtel.

Jeudi 18:

Après le petit-déjeuner, visite à pied guidée de la ville de Sucre.

Convento e iglesia de la Recoleta: fondés en 1600 par les franciscains, le couvent et l'église dominent superbement la vallée. Quatre magnifiques cloîtres et patios s'y succèdent; dans l'un des jardins, étonnant cèdre vieux de 1400 ans. 

Museo de arte Textil ASUR: musée présentant l'histoire du textile dans la région de Sucre. Le musée fait partie d'un programme de développement culturel qui a pour but la sauvegarde du savoir-faire des Indiens.      

Casa de la Libertad: un palais splendide colonial, ancien monastère de jésuites construit au début du XVII, puis converti en annexe de l'université. C'est ici, dans la chapelle, que se réunit en août 1825 l'assemblée qui proclama l'indépendance de la Bolivie. 

Plaza 25 de Mayo: un vaste square semé de fontaines et de jardinets, hérissé de hauts arbres et palmiers impériaux, encadré de somptueux édifices coloniaux. Au centre de la place trône une statue du maréchal Sucre. 

Déjeuner.

Iglesia y convento San Felipe de Neri: ce qui accroche l'oeil ici, et ne le lâche plus, c'est le splendide panorama sur la ville offert depuis les terrasses ondulées du couvent au sol de céramique. 

Dîner et nuit à l'hôtel à Sucre.

Histoire de Sucre:

Sucre est la capitale constitutionnelle de la Bolivie. Elle fut le berceau des luttes révolutionnaires qui ont mené à la libération du sous-continent américain. 

La date symbolique de cette célébration est le 25 mai, en référence au 25 mai 1809, jour du premier cri libérateur d'Amérique qui aboutira à l'indépendance de la Bolivie.

On la connaît également comme la ville aux quatre noms: Charcas, Villa de la Plata, Chuquisaca et Sucre. Fondée le 29 septembre 1539 sur l'emplacement d'un hameau indien, elle est inscrite au Patrimoine Culturel de l'Humanité de l'Unesco comme témoignage vivant de ce que fut la vie de l'aristocratie coloniale espagnole. En outre, la ville se situe dans les vallées centrales du pays, à environ 2750 mètres d'altitude, offrant un climat paisible.  

Vendredi 19

Déjeuner puis départ à 07h00 pour La Paz.

Journée essentiellement consacré au transport (10h00).

18h30: retour au lycée. Dîner et nuit en famille.

 

  

Samedi 20 et dimanche 21

Week-end dans les familles.

 

 










Lundi 22 et mardi 23:

Coroico

 

Lundi 22:

Départ du lycée à 07h00 pour arriver à La Cumbre, le plus haut point de la route à 4500 mètres d'altitude. Visite de la Apacheta del Alto. Une apacheta (lieu en altitude en langue locale) est un lieu considéré dans la religion andine pour la connexion avec le monde spirituel. C'est ici que les voyageursfont des offrandes à La Pacha Mama (mère terre) ainsi que des prières aux saints catholiques pour la réussite de leur voyage. Ensuite descente jusqu'à 1000 mètres d'altitude à Yolosa où il est possible d'apprécier l'un des plus beaux panoramas du monde; de la neige des Andes jusqu'au vert intense de la forêt de l'Amazonie.

Arrivée à Coroico vers 12h00. Installation et déjeuner à l'hôtel.

Après-midi: déténte à la piscine de l'hôtel. Visite libre de Coroico

19h00: dîner.

Nuit à l'hôtel.

Mardi 23:

Départ à 07h00 de l'hôtel après le déjeuner. Activité rafting ou balade et observation de la nature. Pendant la promenade, traversée de champs de caféiers, d'agrumes, de bananes, d'avocats. Observation de papillons et d'orchidées. Découverte de cultures de la plante de coca alignées en terrasse.  

Déjeuner à Coroico.

15h00: départ.

19h00: arrivée au lycée. Dîner et nuit en famille.

Coroico est une agréable bourgade de la région des Yungas perchée sur une colline. Située à 1750 mètres d'altitude, à mi-chemin entre les Andes et l'Amazonie, Coroico bénéficie de toutes les qualités d'une région tropicale, sans les inconvénients. Climat chaud, mais air raffraîchissant et moins humide qu'en jungle, superbe relief.

 

 

 

  

 

 

 

Mercredi 24

Matin: départ du lycée. Randonnée Valle de Las Ánimas et Cañón de Palca.

Valle de Las Ánimas: littéralement, la "vallée des esprits", ou encore "vallée des âmes", c'est une version encore plus impressionnante de la Vallée de la Lune. Plus de formes tordues, plus de roches affilées, la vallée des âmes est aussi plus tranquille et isolée que sa petite soeur. La vue sur le mont Illimani (6 438 m) est magnifique, et prendre un peu l'air pendant quelques heures n'est pas un luxe dans une ville comme La Paz. 

Cañón de Palca: ce splendide canyon offre des paysages dignes du Grand Canyon de l'Arizona à l'est de La Paz.

Retour au lycée en fin d'après-midi. Dîner et nuit en famille.

 

 

 





Jeudi 25

Départ à 08h00 du lycée avec panier-repas. Balade dans le centre et shopping.

Vue spectaculaire sur la ville de La Paz en prenant le téléphérique jusqu'à El Alto. Petite révolution dans les transports de la capitale, le réseau de téléphérique urbain le plus long et le plus haut du monde a été inauguré le 1er juin 2014 entre La Paz et El Alto. Sétendant entre 3200 et 4000 mètres d'altitude, cette ligne permet de relier la capitale à la ville voisine en moins de 10 minutes. 

Calles Sagárnaga et Linares: connues pour leurs boutiques d'artisanat, ce sont deux des rues les plus animées de La Paz - et, en tout cas, les plus arpentées par les touristes.

 

Capitale la plus haute du monde, La Paz est étagée de 3 200 à 4 000 m, dans un immense canyon encaissé. Elle possède l’un des cadres naturels les plus beaux du monde. Entourée d’une centaine de pics enneigés de plus de 5 000 m, la belle ville du début du XXe siècle, très hispanique, a fait place à un chaos urbain. Chose étonnante : La Paz est la seule ville où les pauvres vivent en hauteur et les riches en bas. Cela est dû à l'altitude. La Paz est le point de départ de nombreuses randonnées dans les alentours, notamment dans la cordillère Royale.

Retour au lycée en fin d'après-midi. Dîner et nuit en famille.

 

 

 

 

Vendredi 26

Décollage à 03h35 de La Paz pour Bogota.

Arrivée à 06h17 à Bogota.

Décollage à 14h25 de Bogota pour Madrid.

  

 

Samedi 27

Arrivée à 07h35 à Madrid.

Décollage à 17h20 de Madrid pour Paris ORLY.

Arrivée à 19h15 à Paris ORLY terminal OUEST.